À nous les algorithmes

 

Les récents changements dans l’algorithme de Facebook vous ont peut-être fait perdre de vue certaines personnes — l’avez-vous remarqué? En ce qui me concerne, il a récemment fallu que j’aille sur la page d’une contact pour voir si elle m’avais désamifié. Non. C’est simplement que Facebook a décidé que je ne l’appréciais pas comme il voulait.

Je propose que l’on crée des robots qui s’occuperont de nos fils Facebook, des robots qui s’occuperont aussi de nos autres fils d’information supposément « personnalisés ».

Ces robots iront arpenter nos réseaux, glaner l’info, et la proposer sous différentes formes, selon différents dosages. Ils créeront des algorithmes selon nos besoins, des algorithmes qui nous appartiendront. Il faut qu’il soit possible de faire un tour d’horizon de ces nombreuses personnes que nous ne voyons plus.

De plus, comme cette activité est illégale aux yeux de Facebook, un coup parti, il faudrait que ces robots, plutôt que de seulement décortiquer l’info de nos centaines de contacts, la sauvegardent (comme cela se fait dans les corps policiers et les centres d’espionnage) pour nous permettre de nous réapproprier ce qui nous appartient collectivement. Un bon début serait de remettre sur pied le module ArchiveFacebook.

Un autre avantage de cette méthode est que l’on peut ensuite centraliser les flux des différents réseaux privatifs (et des réseaux ouverts) en un seul flux, au moyen d’autres algorithmes. Comme Friendica aurait pu le faire si Facebook n’avait pas barré la porte à double tour.

On peut centraliser les flux des différents réseaux privatifs et des réseaux ouverts et ainsi, peut-être, espérer renverser ces despotes.

 

Publicités
Par défaut